La forêt tropicale et la photographe

Je vais visiter les trois forêts tropicales de notre planète : Amazonie, Bassin du Congo et Bornéo. Plusieurs années d’une immersion, d’une confrontation artistique qui me permettront de réaliser ces trois volumes d’un travail photographique que j’imagine depuis plusieurs années.

Grande, globale, complexe, exubérante, généreuse et dangereuse, bruyante et colorée ; comme le désert avec lequel elle communique, ou les terres polaires ; la forêt tropicale fait partie des étalons terrestres, des références. Elle est une terre d’éveil, de paix et de provocation. Chimique et spirituelle, elle nous fait tout entier, nous rappelle à l’ordre, nous émerveille.

Les forêts tropicales sont Temps et Matière. Les photographier c’est photographier le reste du monde. J’essayerai d’approcher ce temps lent qui justifie tant d’espèces, de différences et de complexité.
Ce temps là n’est pas celui d’une vie humaine mais il peut justement trouver une bonne place dans la photographie, il peut s’en approcher grâce àelle. Le déclenchement est alors un moment d’équilibre, de compréhension devant la forêt. Il est jouissance, il n’a, lui, aucun temps. Il n’aura d’égal qu’une autre photo.
J’attrape ce moment et je fais partie du paysage.

Dans les forêts, je réaliserai des images sans ciel, sans échappatoire visuel ; je veux proposer un cadre plein, débordant de détails, une vue d’ensemble. Un mur végétal, véritable mais qui n’inquiète pas.
J’aime la prise de vue ventrale liée au moyen format. Je suis en position de soumission, la tête baissée vers la forêt, je ne «tire» pas. Je suis devant un sujet qui m’engloutirait sans problème. Je préfère me noyer dans mon viseur.

Je pense aux artistes marcheurs et à ceux du Land Art. Richard Long par exemple, marche, s’arrête, et vit le paysage comme une matière sans limite, inspirant pour ses créations. J’aime l’engagement de Latoya Rubi Frazier ou de Frans Krajcberg. Et comme la photographe Claudia Andujar au Brésil ou le sculpteur Giuseppe Penone en Italie la forêt devient mon inspiration artistique, philosophique et un territoire d’engagement.

Certains verront dans mes photographies le début d’une histoire, l’origine, d’autres y verront la fin d’un monde gris, enseveli. Tous y verront, je l’espère, cette image normale et belle d’un moment sans conflit.


Itinéraire

Guyane : Parc Amazonien de Guyane ; Réserve Nouragues, Saül
Brésil : Région de Manaus, Amazone, Ripisylve
Pérou : Basses Terres



le projet Amazonie, vues d'ensemble est soutenu par

 

Using Format