Amazonie, le hors-champ

Au sein de la forêt Amazonienne, une diversité naturelle unique, renversante, des éléments du vivant qui, s’ils paraissent singuliers et désordonnés, contribuent à un tout dont l’harmonie est sans égale.


Projet de Julie Boileau, Amazonie, vues d’ensemble évolue dans cette forêt à la biodiversité infinie, en Guyane, au Brésil, et au Pérou, de juillet à septembre 2017.


À l’envers d’un travail de photographie argentique (capté au Mamiya RB), voici le hors-champ du monde naturel tropical, en numérique.



16.08.17 - 13.09.17 : Pérou


Après des jours de navigation depuis le Brésil, je suis au bord de l’Itaya, dans la jungle péruvienne. Je découvre la permaculture, ce mode de vie transposable de par le monde, ici adaptée aux terres tropicales. Dans ce futur lieu autonome, un groupe de cent perruches bavardent de l’aube au crépuscule. Et pourquoi ne pas définir une “permaphotographie” ?

Puis, pour finir ce premier voyage, mon Mamiya toujours posé sur le coeur, je parcours maintenant les layons de la réserve naturelle Allpahuayo le long du rio éponyme, affluent du Nanay. Ici, la forêt primaire vit sur le sable blanc, la Varillal, qu’il a été convenu de protéger... Les arbres se parent d’échasses ou de contreforts pour tenir sur ses sols fragiles.

La forêt sent bon, j’entends les toucans, je reviendrai bientôt !



03.08.17 - 15.08.17 : Brésil

Manaus, Brésil. Me voilà a la "rencontre des eaux", au cœur de l'Amazonie. Je quitte vite cette ville chaude pour rejoindre les eaux dorées du Rio Negro.

Autour, la jungle est là, superbe. La pirogue accueille le Mamiya, et je navigue avec beaucoup d'émotions dans la forêt immergée, ou Igapó. Impossible d'être ici sans découvrir les îles de l'archipel Anavilhanas.

Ici encore, la vie. Puissante, sauvage, sensuelle, logique. Qu'il est dur de quitter ces endroits où le corps, l'esprit et l'environnement s'accordent.



17.07.17 - 02.08.17 : Guyane

Les nuages embrassent la canopée. Une sensation indicible, de bien-être, "d'être bien là", m'accompagne dans les layons de la Réserve Nouragues.
Quel bonheur de faire ces premières photographies dans ce haut-lieu de la vie et de sa diversité.
Le Bois canon me fait de l'œil et le chant envoûtant du Paypayo résonnera dans mes images.

Enchantée, forêt tropicale !

Using Format